imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

La Provence pure dans votre assiette


Patron-cuisinier Louis Schröder  arrive dans le sud de la France en 1999 accompagné par sa charmante épouse Marie-Louise pour y réaliser son rêve de longue date : ouvrir un restaurant exclusif à l’ambiance accueillante et chaleureuse où les clients se sentiront de suite entièrement à l’aise.


Sans façon et sans blabla, mais avec une cuisine qui figure de bon droit parmi les meilleurs en Provence.


L’autodidacte Schröder a parfaitement réussi ce défi. Bien qu’il laisse libre cours à sa passion de la gastronomie assez tard (après des études de technique agricole et l’Ecole d’enseignement agricole supérieur) ses plats originaux, inspirés de la cuisine traditionnelle, font preuve de classe. Franco-méditerranéen, mais alors interprété à sa façon.


En multipliant les postes de cuisinier auprès de bonnes maisons néerlandaises tels que Lauswolt, Chalet Royal, de Kersentuin et Brasserie van Baerle, il a acquis l’expérience et le savoir-faire. Quand il cuisine pour ‘Le Garage’  de Joop Braakhekke a Amsterdam sa passion s’eveille réellement :  cette combinaison de la perfection culinaire et l’ambiance détendue lui plaît réellement. « Lorsqu’on sort un après-midi ou un soir, on cherche non seulement le plaisir gustatif, on cherche également le bien-être, un cadre agréable et chaleureux, un service soigné et on veut se sentir le bienvenue. Je fais tout pour que mes clients soient satisfaits sur tous les plans quand ils rentrent chez eux. »


C’est pourquoi les murs en terracotta chaleureux sont décorés avec des tableaux  rayonnants réalisés par des artistes comme Jos Leurs et Annelies Hoek, ainsi de son père


C’est pourquoi la cuisine, coeur battant du restaurant, a été créé par Louis même. Ouverte et sur mesure, elle se trouve littéralement au milieu de l’établissement.


Enfin, c’est pourquoi il y a du soleil dans votre assiette au restaurant “Le Temps des Cerises”. Ou comme le dit Louis : «Il ne faut pas trop jongler avec le produit, il est déjà suffisamment savoureux de nature.»


Moins est plus. Et c’est précisément à cela qu’on reconnaît la main du maître.